Bienvenue dans un univers futuriste et fantastique ou chaque race lutte pour sa survie, la conquête, la domination... ou juste pour exister ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 • Une fuite en pleine nuit •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Xp : 10
Messages : 5
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Nom du personnage: Lyana
Nom de mascarade: Elyne
Lyana
Une douleur incompréhensible me consumait, m'obligeant à ouvrir les yeux avec inquiétude. La première chose que je pouvais percevoir, c'était cette splendide lueur que nous offrait la lune. Cette merveilleuse création qui, chaque fois que je l'observais, m'emplissait d'un immense amour.
Mais cette fois-ci, ce n'était pas ce sentiment qui m'envahissait... Oh que non. Ma situation actuelle me semblait bien trop inquiétante. Plusieurs questions venaient m'envahir l'esprit :
Qu'est-ce que je fais là, dehors??, Où suis-je?, Où sont mes parents?, Que m'est-il arrivé!?

Je savais qu'il allait m'être difficile de me rappeler de ces choses... Vu les bourdonnements que me provoquait ma tête, il allait m'être compliqué de réfléchir efficacement. Malgré tout, la première chose que je me devais de faire avant toute autre chose, c'était d'évacuer de la zone. Des Hunters pouvaient arriver d'une minute à l'autre!
Mais alors que je m’apprêtais à m'appuyer contre le sol pour me soulever, je pouvais sentir la terre trembler légèrement, comme des secousses provoquées par des êtres-vivants trop pressées pour être délicat avec leur environnement.
Par reflex défensif, je roulais sur le côté pour me coller contre un mur. Qui que cela puisse être, il fallait que je reste sur mes gardes !

Suite à mes actions précédentes, un individu, dont j'arrivais à reconnaître l'espèce, faisait son apparition au-dessus de moi. Un animagus.
Il était essoufflé et semblait tout aussi paniqué que je l'étais, voir même peut-être bien plus que moi. Mon cœur manquait de s'arrêter lorsqu'il lâcha quelques paroles...

- ... C'pas possible.. Une gamine non-humaine dans les parages..! Pourquoi t'es là!? On va creuver!

Alors qu'il cracha ses mots, tous deux nous entendions des pas se rapprocher à vive allure dans notre direction et l'instant d'après, je me retrouvais cacher derrière un meuble.. quoi qu'à regarder de plus près, on dirait une poubelle. Oui.. C'était une poubelle... L'odeur qui en émanait m'infligeait des hauts-le-coeur.
Prenant sur moi cette odeur insupportable, je me retournais vers l'animagus.

- Petite... S'il te plait... Ne crève pas ! Fuis!!!

A peine avait-il prononçait ces mots qu'il s'était mis à courir dans une ruelle adjacente à la mienne. Nous venions à peine de nous rencontrer, lui et moi.. Nous, qui étions comme des cousins... Je ne savais pas trop quoi en penser. Avec son attitude inquiète, je ressentais le danger imminent, mais je n'arrivais pas à bouger d'un seul pouce !
Mon corps était bien trop douloureux, je n'arrivais pas à déplacer mes jambes, tandis que mes bras étaient lourds...

- Il vient de tourner!! Il est par là-bas, dépêchons avant qu'il nous file entre les mains! Capitaine, il se dirige vers vous !

Le temps que les unités de Hunters passent tout près de moi, j'avais coupé ma respiration avec beaucoup de difficultés... Je ne m'étais encore jamais retrouvée dans une telle situation. Comment avais-je pu en arriver là? Que m'était-il donc arrivé pour que je sois dans un si pitoyable état? A cause de moi... L'animagus qui venait de  m'aider à m'en sortir allait finir par mourir.. J'allais être la cause de sa mort...? J'étais tellement pathétique..!! Que m'était-il arrivé? Pourquoi.. Pourquoi j'en suis là? Et maman et papa? Ils sont où...?!

Au bord des larmes, je me recroquevillais sur moi-même pour cacher mon visage. Et les yeux fermés, quelques bribes me revenaient en mémoire... J'étais rentrée à l'intérieur d'un bar, entourée des jeunes humains qui croyaient que j'étais comme eux. On allait profiter du peu de temps qu'il nous rester à passer ensemble, car je les avais prévenu que je m'en irais dès le lendemain pour un autre pays. Et comme il fallait que nous évitions les problèmes, maman, papa et moi allions déménager pour fuir à nouveau. Cela faisait bien trop longtemps que nous étions resté en France, alors on avait décidé de s'en aller. Mais alors.. Que m'est-il arrivé entre le moment où je suis rentrée dans ce bar avec eux et maintenant...? M'a-t-on découverte...? Mais... Comment cela se pouvait-il...??

Je reprenais peu à peu mes esprits, comprenant que l'on m'avait battu pendant mon inconscience, cela ne pouvait être que la seule raison de mes douleurs incessantes que me rappelait sans cesse mon corps. Malgré tout, je serrais les dents et décidais de me relever et partir dans le sens opposé de l'animagus.. Il fallait que je sauve ma peau.. Celui qui m'avait aidé semblait avoir une forme de canin... Il devait donc avoir un odorat suffisant pour pouvoir repérer ses ennemis. Moi, pendant ce temps, je devais laisser le vent me guider.. Lui seul pouvait m'aider à me sortir de là. Il m’emmènera jusqu'à un lieu sur.. Mais pour cela, il fallait que je fasse au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Xp : 300
Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2016
Balder
Une nouvelle mission. Code: Grand ménage! La section avait été déplacée dans ce lieu. Tout le quartier avait été réquisitionné. Une véritable chasse aux sorcières avaient été lancé, une purge aux non-humains, à cette vermine. Du moins, c'est ce que je pensais. Une idée qui nous permettait d'exterminer pour réduire encore un peu leur nombre, qui était toujours encore trop important à mon goût. Mais non, il ne fallait que les capturer, et les livrer vivant. Tels étaient les ordres. Mais dans cette nuit,  une mort accidentelle d'immortel pouvait vite arriver, non? Alors, si je pouvais en mettre un à mon tableau de chasse, je ne me gênerais pas. Je pensais à cela, non sans un certain sourire morbide derrière mon masque, et mon poing se serrant, jusqu'au sang dans mon gant de métal.

Mon oreillette vibra, une des patrouilles avait localisé une de ces ordures. Quelque soit son origine, elles étaient toutes pareil à mes yeux. D'après les informations, elle se dirigeait vers un de nos officiers. Odin avait été choisi pour diriger les opérations ce soir, quel serait ses direction?

Attendant un véritable ordre du Vieux, le Sergent Major, que je suis, bifurqua dans une ruelle où le cafard avait été repéré. Sans même remarquer la présence de la créature cachée proche de moi, je fis craquer mon matériel de ferraille High-tech. La meilleure technologie de notre génération, chanceux que nous étions, d'être dans une telle branche de l'armée, à la pointe de la performance.

Pourquoi je prenais ainsi mon temps, alors que l'immondice s'éloigné surement de moi? Tout simplement, car il ne le savait pas encore mais il était fait comme un rat prit au piège, sans même le savoir. Mais ce lieu était surement infesté de ses insectes, nous devions en capturer le plus possible. J'activais donc mon micro pour m'adressais à mes hommes:


-Unity 66! Nous aurons ce monstre, il va tomber directement dans nos filets. Mais restez sur vos gardes. Ce quartier est complètement cerné, il doit y avoir d'autres cibles dans le coin. Rejoignez-moi!

Pas besoin d'indiquer la rue, chacun possédant un radar pour percevoir ou chacun était. Ils allaient donc me rejoindre. J'entendais déjà leur course métallique dans ma direction, sans même m'apercevoir que ma conversation avait été entendu par la jeune fille, que nous pourchassions surement.
Bon, je devais en plus prévenir celui qui avait les rennes de cette mission. Et comme souvent, je me permettais un peu trop de familiarité avec lui. Mais qu'importe, mon humour devait plaire. Je suis sur que j'étais reconnu pour mon humour. Reprenant mon arme à plasma en main, mon micro grésilla, alors que ma voix sorti sur les canaux réservés à notre Caporal:


-He le vieux, ma compagnie va pourchasser d'autres non-humains. Si le vieux chien galeux ,que vous pourchassez, s'échappe ramenait le vers nous. On se fera plaisir d'en faire un Hot-Dog. Je sais que vos jambes sont rouillées, je voudrais pas que vous vous fassiez mal!

Ah qu'elles étaient bonne celle là. Et pourtant, je savais même pas que j'avais à faire à un vrai chien-immortel. Mon coup du Hot-Dog était encore meilleur au vu de l'animagus que les autres poursuivaient. Et puis, j'avais toujours eu envie de défier notre cher Odin que tout le monde s'émerveillait à suivre. Bon, je l'avais toujours respecté en tant qu'officier, supérieur et homme, et c'est peut être pour ça, que je le provoquais aussi souvent. J'attendais déjà à être réprimandé verbalement par lui.

Mais ...La chasse est ouverte....
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t258-balder-sergent-maj
avatar
Xp : 800
Messages : 17
Date d'inscription : 06/02/2013

Feuille de personnage
Nom du personnage: Odin
Nom de mascarade: -
Vétéran
Odin
Vétéran
Ce coin pullulait littéralement de monstres. Il devait y avoir un nid quelque part c'était impossible autrement. J'avais l'impression de passer ma vie ici, j'allais finir par connaître par cœur chaque ruelle de ce patelin. J'observe les maisons et différents appartements du coin, et je m'interroge. Combien de ces habitations sont le repère d'abominations ? Est-ce qu'on ne mettrait pas les pieds dans un guêpier infernal qui attendrait juste de pouvoir nous piéger à la longue ? Je ne sais jamais si je deviens parano ou si je finis par pressentir les choses.... Et le pire, c'est que je sais que même si j'ai raison, je ne pourrais rien faire tant qu'on ne sera pas tombé dans le panneau. Je me demande encore comment je fais pour ne pas devenir fou depuis tout ce temps. Toute cette tension constante, tout ce danger omniprésent.... Mais est-ce qu'on a vraiment le choix ? Il y a encore tant à faire, et ces bêtes sont dangereuses. Pour ce soir encore, je ne peux faire plus que ma mission de base. Alors je traquerai et capturerait cette chose une fois de plus.... Nous le ferons tous.

Posté sur les toits, je scrute notre zone de chasse. Je suis pareil à un prédateur qui contemple son territoire, cherchant son gibier du regard. Mais ici le prédateur sait qu'il peut à tout moment se retrouver cible à son tour. J'ai déjà fini de monter mon fusil sniper, depuis un moment déjà. A ma ceinture et dans mes holster, j'ai d'autres armes. A vrai dire je suis comme souvent un arsenal vivant à moi seul. Il faut au moins ça pour leur faire face. Malgré mon esprit qui s'agite en continue, je suis calme. Je ne tremble pas, je demeure concentré. Je guette ma cible pour pouvoir tirer au moment opportun. Cette formation est parmi les plus efficaces que j'ai pu mettre en œuvre. Même si mes gars ne parviennent pas à attraper notre objectif, ils agissent en rabatteurs et poussent notre cible vers mes filets. Et ils ne s'en échappent jamais.... Je suis attentif.... Et depuis ma position, je suis la progression de mes hommes via l'oreillette. Je reçois justement un signalement, un de mes gars demande un renfort dans sa position. Je le reconnais à sa voix, comme pratiquement tous mes hommes depuis le temps.

Et dans un mélange curieux d'appréhension et d'attention, j'attends. Si chaque soldat a sa personnalité et que la plupart du temps la discipline permet de cohabiter avec tout le monde, certains ont des traits de caractère particuliers.... Et John en faisait partie. Balder de son nom de code, il me faisait penser à un gosse qui avait oublié de grandir. Pas toujours simple de bosser avec lui, des fois j'ai juste envie de lui coller une paire de taquets. Il n'est pourtant pas dans l'insubordination. Mais qu'est-ce qu'il peut être casse-couille.... Avec ses vannes moisies et sa manie à vouloir me titiller et me provoquer constamment. Quarante piges le mec, et une mentalité d'ado. Je ne le prenais pas non plus son attitude pour une insulte, mais est-ce que c'était permis d'avoir un humour aussi foireux ? Comment pouvait-il continuer de croire que quelqu'un le trouvait drôle ? La seule chose que mes gars trouvaient comiques, c'était quand je le rabrouais. Bien sûr je pourrais le chopper à part et lui mettre les points sur les i pour qu'il arrête ses conneries. Mais je dois avouer que ça fait un peu marrer les gars quand je l'envoie chier, alors.... Notre boulot est bien trop dur et pesant psychologiquement pour que je puisse me permettre de les priver de quelque chose qui leur permet de soulager un peu la soupape.

Comme je m'y attendais, Balder remet ça. Je soupire et secoue lentement la tête. Je sais que tous mes gars m'attendent au tournant, se demandant qu'est-ce que j'allais lui envoyer dans les gencives.... Je ne pouvais pas les décevoir.

Balder, j'ai pas besoin d'un gosse pour mater un caniche, mes gars suffisent. Par contre si tu pouvais éviter de perdre ta cible de vue ça m'éviterait de te mettre encore une raclée, ménage la dépouille de ta fierté la blonde.


La plupart de mes gars l'ignorent, mais John se teint les cheveux. J'avoue que sa "coquetterie" m'a tellement fait marrer sur le coup, que j'ai cru que j'allais m'en péter une côte. Je ne comprends pas trop ces mecs qui complexent sur leur âge. Le fait qu'on vieillisse nous différencie aussi de nos proies qui elles se moquent des affres du temps. Mais quand j'ai fais le rapprochement entre son attitude immature et le fait qu'il se teigne, j'ai compris que ce mec là devait vraiment avoir un problème avec ça. Du coup j'ai rien dis aux autres, sans quoi je pense qu'il le vivrait mal, et on a pas besoin de ça. Par contre, je ne me prive pas de le faire chier avec de manière cachée. J'ai dis aux autres que je l'appelais la blonde parce qu'il était un peu con sur les bords. Mais lui et moi savons ce qu'il en est en réalité. Ce qui a le dont de le faire parfois gueuler comme un putois, et donc de faire rire les gars. Blague à part, je redouble d'attention dans ma recherche visuelle des non-humains. Car visiblement ce soir, on est sur deux gibiers. Si jamais je parviens à chopper la cible de Balder, là pour sûr il va criser, et ça fera rire les autres. Avec un peu de chance.... Mes lunettes de vision nocturne sonde les ruelles sombres mais ce n'est pas facile. L'éclairage public fait qu'il ne fait pas complètement noir mais ce n'est pas suffisamment éclairé pour qu'on puisse y voir correctement. Quelle poisse....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t255-jack-o-neyl-nom-de
avatar
Xp : 10
Messages : 5
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Nom du personnage: Lyana
Nom de mascarade: Elyne
Lyana
Avec le peu de souvenirs que j'avais récupéré, je me suis empressée de foutre le camp de cette zone dangereuse! Le seul problème, c'était les lieux... Je ne savais absolument pas où je me trouvais. Malheureusement, je n'avais vraiment pas le temps de prendre une carte où même d'en chercher une... De toute manière, vu l'environnement lugubre dans lequel je me trouvais, il allait être compliqué de sortir d'ici sans craintes.
Je prenais donc une grande inspiration et courais dans cette rue sombre et désertée. Parfois, je tournais la tête derrière moi, inquiète du sort qui pourrait arriver à l'animagus. Au loin de cette rue que j'évitais, je pouvais reconnaître des quartiers qui pourraient sembler peuplés si nous n'étions pas plongés dans les ténèbres de la nuit.

Quoi que je puisse en penser, je n'avais rien à faire là. Encore moins seule. J'avais toujours fui les situations dangereuses avec brio, mais cela au dépens de mon père qui nous guidait sans cesse. J'avais toujours pu compter sur eux, sans jamais avoir à penser à un moyen de survivre... Je n'étais vraiment pas habituée! Et je ne voulais vraiment pas mourir!
Je n'étais pas encore assez loin de la ruelle où avait tourné les Hunters et les voix qui y surgissaient me le rappelaient. Leurs paroles assoiffées de haine envers nos espèces, leurs humours mal placés et leurs rires carnassiers... Vite. Il fallait vraiment que je m'en aille d'ici au plus vite !!

Au tournant suivant, je me collais contre le mur pour vérifier qu'aucun Hunter ne se trouvait par là. Mon cœur battait à tout rompre, même la douceur du vent frôlant ma peau, n'arrivait pas à me calmer... La peur jaillissait à tout rompre au fond de moi.
Une sortie...
Il fallait vraiment que je trouve un moyen de partir de cette ville, mais les seules choses que je rencontrais, c'était ces murs parsemés de fils barbelés, comme si la situation présente n'était pas suffisamment inquiétante!

Personne aux alentours, je m'enfonçais dans l'une des ruelles en courant aussi vite que mes forces me le permettaient. L'air m'indiquait le chemin à prendre avec ses vibrations qui venaient effleurer mes oreilles. C'était certainement, mon seul moyen pour me rassurer... Savoir que mère-nature ne m'avait pas encore abandonné.
Mais alors que je traversais une intersection, ma tête tournait sur la gauche et mes yeux croisèrent ceux d'un Hunter.

- Non... Non non non...!!

Sur le point de craquer, mes jambes allaient flancher.. Mais je n'allais pas me laisser abattre comme cela! Non, je n'en avais pas le droit! Il fallait que je me sorte de là, à tout prix! En accord avec mes pensées, je continuais de courir dans la ruelle, jusqu'à trouver une bouche d'égout. Si rester sur la terre ferme était trop dangereux, alors j'allais devoir aller en-dessous ! J'arrivais en trébuchant, ce qui m'infligeait quelques écorchure au niveau des avants-bras et des genoux. Une fois devant ma porte de sortie, je tentais de soulever la bouche d'égout... Mais je n'y arrivais pas, elle était coincée!!
Je commençais à paniquer, je n'arrivais pas à la soulever, du coup je dirigeais mes mains vers la bouche d'égout et tentais de lancer des coup de vents.... Ce qui n'avait eu que trop peu d'effet. Elle n'avait pas bougé d'un mini-mètre.
Le Hunter que j'avais croisé une minute plutôt m'avait rapidement rattrapé. Il braquait son arme sur moi, avec un sourire qui me dégouttait.. Ca y est, c'est était fini pour moi...

- Laissez-moi... S'il vous plait... Laissez-moi tranquille..!! Je ne vous ai rien fait..!

A peine avais-je prononcé ces mots, qu'une silhouette faisait son apparition derrière le chasseur. Le Hunter ne l'avait même pas remarqué et alors qu'il s’apprêtait à tirer sur moi, mes yeux se fermaient. Seulement, rien n'arrivait. Interloquée, je rouvrais les yeux et le spectacle que je découvrais m'horrifiait. Le Hunter avait la tête arrachée, tandis que la silhouette se rapprochait de moi en tendant sa main dans ma direction.

- Si tu veux fuir, alors suis-moi. On est plusieurs dans les parages et ça grouille de Hunter. Tu veux sauver ta peau nan?

Un homme d'un certain âge s'adressait à moi, avec un charisme hypnotique. Il ne ressemblait en rien à un animagus, alors je me posais plusieurs questions.. Mais je devais d'abord répondre à la sienne avant tout.

- O-oui..!

- Très bonne réponse gamine. Bon par contre... Il a informé les autres Hunters, ils vont pas tarder à rappliquer, donc faut qu'on bouge illico.

Sur ces bonnes paroles, des lames apparaissaient autour de ses mains, comme s'il les avait invoqué. Je me relevais avec quelques difficultés et me rapprochais de lui, me permettant au passage d'observer ses lames. C'était de la glace. Il devait certainement être un élémentaire... Un congénère!! J'allais être sauvée, j'en étais certaine !!
Ainsi, la peur et le doute s'effaçaient rapidement et laissaient place au soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Xp : 300
Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2016
Balder
Comme je l'avais prévus, Le vieux s'exprima et répondit à la provocation. Un long sourire étira mon visage derrière mon masque.Il était si simple de le manipuler et de le faire réagir. J'avais finalement tout ce qui me plaisait. Un humour et des blagues qui faisaient mouche et la réaction de mon chef...Et bien sûr la chasse de ces immondices. Bon par contre le coup de la blonde, ne me plaisait guère, j'aimais pas être comparé à une femme et encore moins à cette couleur de cheveux. J'étais un mâle, un vrai. Viril et tout ce qui va avec et j'arborais une magnifique chevelure noir, oui oui noir.

Mais j'allais pas lui répondre, non j'allais pas lui faire ce plaisir. Je marmonnais donc dans ma barbe. Surtout qu'on fut vite rattraper par la situation. Alors que sur notre radar, un point disparut. L'un des nôtre avait simplement disparut, alors que ses signes vitaux avaient cessé en un instant. Pas de doute sur ce qu'il lui était arrivé. La mort avait frappé l'un des leurs. Comment était-ce possible? Je n'avais plus le désir de rire à présent. L'histoire se répétait et je vins à me souvenir de mon passé. Je me sentis enragé. Pas une simple rage passagère, celle qui vient du tréfonds des tripes.

-Odin! Tu viens de voir la même chose que moi! Nous ne pouvons laisser passer cela. Ma compagnie va se diriger là bas, nous sommes les plus proche!

J'avais à peine dit ses mots, que 5 Hunters vinrent me rejoindre. Mes hommes, ma troupe, mon unité. Un simple geste et on se précipita ensemble dans la direction souhaitée. Ils allaient payer, ils allaient tous payer! Un des nôtres étaient mort. Une vie pour une vie l'un des leurs allaient mourir.

D'un coin du regard, je regardais l'endroit ou se tenait notre Caporal. Il avait une bonne place pour tuer et anéantir n'importe quelle créature de ce taudis. Et comme si le destin me donnait encore raison, je vu une nombre s'approchait du vieux. Probablement l'animagus que la jeune fille avait croisé. Mais rien n'a craindre... Unité 66 avait une autre cible pour ce soir. Il laisserait cela au grand Odin!
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t258-balder-sergent-maj
avatar
Xp : 800
Messages : 17
Date d'inscription : 06/02/2013

Feuille de personnage
Nom du personnage: Odin
Nom de mascarade: -
Vétéran
Odin
Vétéran
J'entends mes gars qui ricanent dans l'oreillette. Ils savent que le coup de la blonde a le don de renfrogné Balder. Je ne devrais pas l'encourager dans ses blagues de merde, mais j'y trouve mon compte à travers la bonne humeur de mes troupes. Le calme était revenu. Mes hommes me donnaient des rapport qui indiquaient qu'ils allaient bientôt parvenir à attraper notre cible avant même que je ne puisse intervenir. Il y a avait du progrès. Ou presque.... Une lumière venait de s'éteindre.... Une vie venait de disparaître. Stan ne rentrerait pas chez lui ce week-end. Il ne rentrerait plus jamais chez lui.... Ma mâchoire se crispe, j'ai une furieuse envie de descendre son assassin. Cela me serait si facile, surtout vu ma position. Une balle dans la tête, même ces saloperies d'esprits ne peuvent rien contre. Mais je dois ravaler ma haine et ma rage, ranger ma rancœur aux vestiaires. Je suis leur chef, je dois montrer l'exemple..... Et de toute manière Balder va surement déraper pour moi. Déjà qu'il a du mal en temps normal à se modérer, alors là qu'on a tous envie de crever du non-humain. Le problème c'est que si je laisse ça faire, il y a un risque pour qu'à terme, les autres s'y mettent aussi et que ça ne deviennent l'anarchie.

Je suis bien placé pour savoir qu'on reçoit parfois des ordres complètement à la con. Mais ici, chaque capture vivante qu'on fait, ce sont des informations supplémentaires qu'on grappille à l'ennemi. Et vu sa force et sa supériorité numérique, on ne peut pas se refuser ce luxe. On en a besoin rien que pour pouvoir développer des technologie suffisante pour leur faire face. C'est comme ça qu'on a mis au point les balles aux UVs. Paradoxalement, c'est un demi-clébar qui nous a donné l'information.... Si seulement ils pouvaient s'exterminer entre eux.... Mais pour l'heure c'est à nous que revient cette tâche et je dois essayer de contenir Balder, qui est déjà sur le chemin comme je l'aurais parié.

Balder je vous laisse intervenir parce que vous êtes les plus proches, mais je vous préviens si on le récupère pas vivant, ça va chier pour ton matricule et celui de tes gars.... Les ordres sont clairs.


Je sais qu'il ne va pas m'écouter, c'est une évidence à mes yeux, et ce qui me fait chier c'est que je vais devoir le punir alors qu'on a tous envie de faire pareil. Mais il doit suivre les mêmes règles que tout le monde. Et comme il ne va pas le faire, je vais devoir trouver une punition suffisamment sévère pour que les autres n'aient même pas l'idée de faire pareil. Je soupire. J'ai un boulot tellement de merde.... Ma position m'offre des points de vue sur différents carrefour, dont l'un proche de là où va Balder.... Et là je les vois.... Bordel, il y en a deux !

Balder ici Odin ! J'ai un visuel, il y a deux cibles, je répète deux cibles ! Je les chasse vers votre position, ne les laissez pas s'échapper !


Immédiatement je dirige mon canon vers leur direction. Je dois les repousser en arrière sinon ils vont filer par les égouts. Je n'utilise pas mon sniper, parce que je veux les canarder, chasser le gibier de l'autre sens. Je tire en rafale.... Je les ai touché. Malheureusement ou heureusement je ne sais plus à présent, je ne les ai pas tué. Juste blessé et à mon avis même pas gravement. Mais c'est suffisant pour donner un peu de temps à Balder pour les rattraper et les cueillir. Il n'a pas intérêt à les louper !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t255-jack-o-neyl-nom-de
avatar
Xp : 10
Messages : 5
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Nom du personnage: Lyana
Nom de mascarade: Elyne
Lyana
Je me plaçais donc derrière cet élémentaire bien plus expérimenté que je ne l'étais. On s'avançait lentement, vérifiant qu'aucun Hunter ne se trouvait encore ici, puis au moment où l'on s’apprêtait à partir rapidement, un coup de fusil arrivait dans notre direction en toute discrétion. Je sentais donc d'étranges vibrations sans me rendre compte de ce que cela pouvait bien être, mais je m’inquiétais. C'était une trajectoire droite qui se dirigeait droit vers nous, fendant l'air en deux à une vitesse inimaginable, à tel point que lorsque je m'en rendais compte, c'était trop tard.
Je tournais la tête sous les effet de la panique, je remarquais que mon sauveur s'était prits le tire avec beaucoup moins de chance que moi. C'était un élémentaire, mais il ne devait pas ressentir les mêmes choses que moi.. Après tout, chaque personne de notre race était bien différente.

Le bonhomme se tournait dans ma direction, inquiet pour moi, mais son front laissait couler abondamment le sang. Dans la précipitation, je déchirais mon T-shirt blanc pour appuyer sur son front, mais il m'avait agrippé mon bras droit pour me stopper. Puis sans même me prévenir, il avait commencé à courir pour échapper à la situation. Oui... Vu ce qu'il venait de nous arriver... On était repéré.

- Merde merde merde..! Ils nous ont cramés! Vite, il faut partir d'ici et maintenant! Tiens-toi prête!

- Hum!

Ca y est, nous avions enfin commencé notre course, suivit par des Hunters. On pouvait entendre des bruits sourds... Les troupes courraient à vive allure et ça ne me rassurait pas du tout. Je n'étais pas de taille à leur faire face, je n'avais jamais expérimenté cela et je ne voulais en aucun cas avoir de sang sur les mains.. Tuer n'était pas pour moi, il en était hors de question! Ces êtres-humains... Eux qui, à la base, sont l'essence même de la neutralité entre les races, depuis quelques années, ils ne s’arrêtent plus de nous pourchasser...!!

Je serrais des dents pour m'éviter des larmes inutiles. Je devais espérer! Certains humains valaient la peine de côtoyer, tous n'étaient pas dangereux.. Il suffisait seulement de cacher notre vraie nature. Avec ma famille, nous avions constamment nourri notre neutralité entre chaque espèce. Nous nous efforcions de ne pas nous impliquer dans les conflits entre chaque race, c'était notre règle d'or. On s'efforçait même de faire la sourde oreille lorsque la nature pleurait des douleurs que lui infligeaient les Hommes..
Comment ont pu-t-il en arriver là? On pourrait presque croire que les monstres, ce ne sont plus qu'eux. Des êtres impitoyables!! Blesser la nature qui leur a donné tant et maintenant, chasser les autres espèces vivantes..!! Ils sont avides de pouvoirs ces malheureux!

- Quand... Quand vont-ils se rendre compte qu'ils courent droit à leur perte!? Blessant tout et tout le monde!?

- On en rediscutera une fois qu'on se sera sorti d'affaire, tu veux!?

- O-oui..! Pardon....

Inconsciemment, je baissais la tête et frotter mes yeux de ma main libre, puis mon sauveur reprenait à nouveau la parole.

- Une fois sortis de là, on partira dans un autre pays.. Si tu veux des réponses à tes questions, alors autant rencontrer la reine des élémentaires. T'es jeune, t'auras le temps de te développer! AH! Là-bas ! ... Merde! Ils sont juste derrière! Cours droit devant toi!! C'est la forêt, j'vais les retenir!

- Hein!? A-attends! Et toi!?

Sans même me répondre, il avait fini par lâcher ma main et, d'un coup, il me poussait m'obligeant à continuer d'avancer sans lui... Je tournais ma tête dans sa direction, cette fois-ci sans retenir mes larmes. Je ne pouvais voir que son dos... Il utilisait  nouveau ses capacités pour former de la glace, même cette fois-ci, la glace volait dans l'air, autour de lui. Puis d'un coup, quelques-uns des gros morceaux voltigeaient droit devant lui. Il avait commencé à attaquer.

Dans un sanglot sans fin, je me retournais et faisais de mon mieux pour courir au plus vite. La forêt.. J'y étais! C'était fini! J'étais.. Presque en sécurité!
Je continuais de courir, j'avais trop peur de me faire attraper, mais alors que je ne regardais pas où je marchais, mes pieds s'étaient pris une branche, me faisant tomber. Mais un énorme faussé était devant moi et je tombais dans cet énorme trou.

- Qu-!!!!

Après être tombée, sous le choc et avec mon état physique actuel, je ne pouvais m’empêcher de sombrer dans un sommeil qui n'en finirait pas de suite. J'étais hors-jeu, dans un état lamentable, blessée.. Mais à l'abri des regards.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Xp : 300
Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2016
Balder
J'étais toujours de bonne humeur, à faire mes blagues qui détendaient l'atmosphère. Et puis fallait le dire, j'étais amusant et marrant, un fait indéniable de ma personnalité. Mais à ce moment, je n'étais plus cet homme-machine. J'étais devenu plus de la machine que de l'homme. Un des nôtre avaient péri, et je n'avais qu'une envie leur rendre au centuple. Ce qu'évidemment, j'allais faire. Beaucoup de monde ne comprenait pas, mon changement de comportement si radical, lorsqu'il se produisait. JE me demandais parfois si Odin connaissait la véritable histoire. Peut être, il avait tendance à enquêter sur ses hommes pour les connaître, savoir avec qui il travaillait. Mais il ne m'en avait encore jamais fait part.

Néanmoins, il me connaissait assez bien. Il savait que mon désir de vengeance serait assouvi que par le sang et la vie des bêtes qui avait commis ceci. Il me m'était en garde, mais je n'avais que faire de cela. Un cafard était un cafard, on ne pouvait rien apprendre de plus d'eux. Et un cafard était acceptable qu'une fois écrasée. Mais le Caporal avait employé la seule chose qui pouvait m'arrêter. JE rageais intérieurement, maudissant notre chef du soir et marmonnant dans mon micro, une chose surement peu compréhensible. Mais j'étais un homme d'honneur et de respect et jamais je ne ferais plonger mes hommes avec moi.

Tant pis, nous aurons toujours une occasion de les exterminer une prochaine fois. Et puis le sang pouvait couler, sans qu'on ôte la vie, non? L'homme robot que j'étais dans cette uniforme se mit en marche, et on pouvait reconnaître aussitôt, que j'étais une machine à tuer. Un véritable soldat qui n'avait pas volé son titre.Suivant les instruction d'Odin, je me dirigeais avec mon escouade, en direction du lieu indiqué. Il ne fallu que peu de temps pour tomber sur ce qu'on cherchait. Mon sang ne fit qu'un tour. Automatiquement, j'ordonnais d'un signe à mes hommes de se mettre en position. Montrant une formation élite d'homme sur-entraîné. Nous étions 6 au total, en me comptant. Mes hommes partirent en duo, à notre droite et à notre gauche. Nous ratissions tout le terrain, évitant ainsi un piège. Mais seul le monstre se tenait devant nous, et se mit à nous attaquer avec de la glace. Nous détruisons chacun des morceaux avec notre arsenal, avançant peu à peu dans cette direction, évitant les éclats que nous ne parvenions pas à désintégrer. Etant en première ligne pour protéger mes hommes, je gagnais rapidement du terrain sur ma cible.

Une balle bien placée dans l'épaule, le fit tomber au sol, et je fus rejoins rapidement par mes hommes, qui se mirent en périmètre de sécurité autour de moi. Quand à moi, je me trouvais au dessus de l'immonde créature. Si j'avais pu, je lui aurais craché dessus, simplement. A la place, je commençais à lui assainir de violent coup dans le ventre, lui brisant de suite des côtes et différents os de sa pauvre carcasse. Son visage se tuméfia d'ecchymose, de sang et de blessures. JE continuais à frapper, sans même que mes hommes n'agissent, surement espéraient-ils, eux même le faire.  JE déversais ma colère et ma haine sur leur race. JE sentais son corps frêle se disloquer sous mes coups. Je lui faisais manger le plat de mes chaussures métalliques, lui écrasant la tête contre le sol. Entre la vie et la mort, je cessa ma torture:

- C'est ton jour de chance. Nous te voulons vivant! Donc je vais t'épargner pour ce soir. Alors même que tu as tué un de mes hommes, et amis! TU vas vivre....

Néanmoins, je ne pu m'empêcher de sourire. Je jubilais presque à l'idée de ce qu'il adviendrait entre les mains de nos scientifiques. Moi même je n'étais pas habilité à aller dans ce secteur. Mais il était rare de voir à nouveau les animaux capturés.

-Mais peut être auras-tu désiré la mort quand tu verras ce qui t'attends! Embarquez moi ça! Odin, nous en avons un! Comme promis, il est vivant. Tu ne m'as pas dis dans quel état, je devais le rendre?

Allait-il me sermonner? Il était rare de me voir dans cet état. Donc même moi, je ne pouvais savoir quel comportement il aurait. Surtout, que j'en avais capturé un sur les deux, ne sachant pas où était passé le second monstre. J'attendais donc les prochains ordres, pendant que mes hommes amenèrent notre chair à viande dans les camions attendant la marchandise.
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t258-balder-sergent-maj
avatar
Xp : 800
Messages : 17
Date d'inscription : 06/02/2013

Feuille de personnage
Nom du personnage: Odin
Nom de mascarade: -
Vétéran
Odin
Vétéran
Je les avais perdu de vue tous les deux, mais ils allaient tomber dans les mailles du filet de Balder et de ses gars. Je leur ai offert des cibles faciles, et j'espère très franchement qu'ils vont les coincer tous les deux. Mes jambes me démange et j'ai envie d'aller directement sur le terrain pour voir ce qu'il en est de mes propres yeux. Ce n'est pas toujours simple pour moi d'être en position sniper. J'ai parfois l'impression de laisser mes gars se taper tout le sale boulot. Mais je ne peux pas à la fois être sur le terrain et ne même temps diriger les opérations en temps réel sans une vue d'ensemble. Je ronge mon frein et peste intérieurement. J'entends les gars de Balder se déployer. Et je surveille les miens en même temps. Et là, enfin un coup de chance, ils m'apprennent qu'il ont eu notre cible et que le caniche est sous contrôle. Magnifique je ne pouvais pas rêver mieux ! Je ne perd pas un seul instant, et en quelques instants je démonte mon fusil. Je suis entrainé pour que cette opération ne me prenne pas plus d'une minute ou deux en incluant le rangement. Je serais rapidement sur le terrain moi aussi, je n'ai plus besoin d'être en position sniper. Mon paquetage de fait je parcours le toit en quelques enjambés, et m'agrippant à la corde que j'avais utilisé pour monter, je descends en rappel. Je dévale les rues au pas de courses et discrètement.

Je n'ai pas besoin de ces précautions mais l'habitude est là. Tandis que je me rapproche de la position de Balder, j'entends ce dernier qui me parle dans l'oreillette. Je redouta qu'il m'annonce qu'il a tué les cibles et je tends le dos. Mais non, il m'affirme avoir pris une cible en vie. J'allais presque me réjouir lorsqu'il trouve intelligent de venir fanfaronner qu'il s'est défouler sur lui. Je retiens de peu un long soupir. Comment peut-il être aussi con ? Pourquoi est-ce qu'il s'est senti obligé de venir se vanter de ça ?! Sincèrement il n'aurait pas pu juste fermer sa grande gueule au lieu d'être tout fier de faire un truc que j'interdis de faire à mes gars ? Je me doute bien que tout le monde en crève d'envie. Je sais que dans la tête de mes gars c'est une maigre justice, mais une justice quand même. Mais des prisonniers en mauvais état ne servent souvent à rien et s'ils claquent avant qu'on ait pu en apprendre d'eux, toute la mission aura servi a rien. Il le sait pourtant. Mais non il n'en fait qu'à sa tête, comme d'habitude. C'est presque lassant de toujours devoir le rappeler à l'ordre....

Balder, continue à me prendre pour un con et je te fais cracher ton coccyx à coup de pompes dans le cul, c'est clair ?! Si t'as besoin de te défouler, il y a des punchingball pour ça.

J'arrive sur les lieux rapidement, et je vois les gars de Balder qui emmène l'épave qui reste de notre cible vers le point de ralliement. Si je n'avais pas mon casque et mon masque je crois que je me serais massé les tempes. J'avais une furieuse envie de lui coller des taquets à répétition en le sermonnant sur sa bêtise. Mais je m'arrête dans mon élan. J'observe partout et les mots de Balder me reviennent en tête.

Où est l'autre ? Il y en avait deux. Tu fais le cake et tu t'amuses à t'acharner sur une cible sans avoir capturer la seconde ? Qu'est-ce qui m'a fichu un boulet pareil ! Soldat, dernière position de la cible manquante ?!

J'avais lâché Balder pour interroger un de ses hommes qui m'indiqua le dernier lieu où il avait perdu la trace de la seconde cible. Bordel Balder se comportait comme un chien affamé à qui on avait jeté un os à rongé. Je prends le commandement de ses troupes restantes, et je leur demande de se séparer. Je continue au pas de course en direction de la périphérique de la ville, là où se trouve un début de forêt. Avec la chance qu'on a, notre cible s'est réfugiée là-dedans, et autant dire qu'on a quasiment aucune chance de la retrouver en milieu naturel.

Fais chier !

Je m'avance quand même, histoire de provoquer la chance. J'avance à pas de loup, restant connecté aux autres pour pouvoir réagir rapidement s'ils trouvent notre cible. Mais aussi pour donner moi-même les manœuvres à suivre si je la trouve. J'étais très fort à repérer le moindre mouvement, ce qui faisait qu'on pouvait difficilement m'échapper. Mais si la cible n'était pas dans le coin où j'étais mes dons ne me serviraient à rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t255-jack-o-neyl-nom-de
avatar
Xp : 10
Messages : 13
Date d'inscription : 11/07/2016

Feuille de personnage
Nom du personnage: Sam Carther
Nom de mascarade:
Sam Carther
s
Ils étaient là, au dessus d'elle. Elle entendait sa mère crier, pester de rage et se débattre dans tous les sens mais ils l'ignoraient. Tout ce qui les intéressait, c'était elle. Elle était leur sujet, leur jouet et ils comptaient bien en profiter, comme ils l'avaient toujours fait depuis sa naissance. Elle aussi se débattait. Elle ne voulait pas qu'ils s'approchent, qu'ils la touchent. Mais malheureusement, elle était entièrement immobilisée, totalement à leur merci. Ils se cachaient derrière leur masque et leur accoutrement mais elle avait fini par les connaître, les reconnaître, les identifier. Certains étaient plus sadiques que d'autres, mais tous semblaient cautionner ce qui était fait entre ses quatre murs. Et elle les haïssait pour cela. Et cela la rongeait aussi bien que le faisaient certains de leur produit qu'ils lui injectaient dans les veines. L'un d'entre eux braqua une lumière sur elle. Grain de beauté qu'elle l'appelait dans sa tête ! Instinctivement, elle ne put s'empêcher de lui montrer les dents. Il était toujours là lors des séances les plus douloureuses. A croire que cela lui plaisait. Il sortit une grande aiguille et entreprit de la lui glisser dans l'oeil. Elle hurla …

Et se réveilla en sursaut. Ce n'était qu'un cauchemars. Un énième. A croire qu'ils ne lui laisseraient jamais la paix. Quoiqu'elle fasse, où qu'elle aille, ils continuaient à la poursuivre, enfermés sous son crâne. Elle grimaça. Ce dernier lui faisait d'ailleurs un mal de chien, comme si quelqu'un s'en était servi comme d'un marteau. Elle se prit la tête entre les mains, poussant un râle de douleur. Qu'est ce qui avait bien pu se passer ? Avait-elle encore une fois trop bu, comme ça lui arrivait régulièrement quand elle tentait de chasser de son esprit les images du passé qui devenaient trop encombrantes ? C'était malheureusement bien possible. Ca lui était déjà arrivé … plus d'une fois. Lentement, elle releva un peu la tête pour regarder autour d'elle. Elle ne reconnaissait pas du tout les lieux. Mais au vu de l'état général de l'environnement et des diverses poubelles, elle était assurément dans une arrière ruelle, certainement celle d'un bar miteux. Ca, elle s'en souvenait. Elle était rentrée dedans presque comme une automate, un fantôme, avide d'oublier. On pouvait dire que là, ça avait réellement bien marché. Elle n'avait aucun souvenir de comment elle s'était retrouvée étendue par terre ici.

Une rafale de bruit se fit entendre un peu plus loin et elle sursauta, sautant sur ses pieds … Avant de manquer de s'écrouler au sol, se rattrapant de justesse à une benne. Jusqu'à présent, elle ne s'en était pas vraiment rendu compte mais son corps tout entier crier douleur. Qu'était-il donc arrivé, à la fin ? S'était-elle battu avec un autre ivrogne parce qu'il s'était montré trop entreprenant ou tout simplement parce qu'elle avait été à fleur de peau ? Son esprit refusait catégoriquement de lui donner la réponse et préférait la laisser patauger dans l'ignorance. Une manière à lui, certainement, de la faire un peu payer pour tout ce qu'elle lui faisait subir, à lui et à son corps. Elle pesta intérieurement en se laissant glisser au sol le long de la paroi métallique. Il fallait vraiment qu'elle arrête ses conneries. Elle allait finir par se détruire irrémédiablement, à faire ça, et au final, ils auraient gagné alors même qu'elle n'était plus entre leur griffe. Elle se força à prendre une profonde respiration.


M*rde !!!

Elle venait de se rendre compte qu'elle avait été dépouillé, ou presque. Adieu, ses lames qu'elle portait constamment sur elle. En fait, on lui avait tout pris, sauf son bracelet. Machinalement, son pouce passa sur les éléments gravés dessus. Elle secoua la tête, grimaça et se releva … Avant de totalement se figer, plus immobile qu'une statue, lorsqu'elle aperçut une ombre fuir au bout de la rue. Ce n'était pas elle qui lui faisait peur. En fait, il ne l'avait même pas remarqué. Elle mit quelques secondes à comprendre ce qui était en train de se passer. En fait, les sons qu'elle percevait étaient si évidents que son cerveau refusait tout simplement de les considérer comme vrais. Mais elle n'eut plus aucun doute quand elle vit d'autres ombres passer. Fardées d'armures et d'équipements high-tech. Des Hunters. Il y avait des Hunters. Et elle comprit qu'elle était dans la panade. Ils allaient remettre la main sur elle et la renvoyer aux scientifiques ! Sa pire crainte, ses pires cauchemars recommenceraient. Son corps se mit à trembler, incapable de se contrôler. Elle alla même jusqu'à se frapper la tête contre le mur pour éviter à un gémissement de s'échapper d'entre ses lèvres. Il fallait qu'elle se reprenne. Qu'elle réagisse, qu'elle bouge, n'importe où du moment que c'était loin d'eux. Et elle se mit donc à courir. Comme si toutes les flammes de l'Enfer étaient à ses trousses.

881 mots
Post 1
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t266-sam-carther#468
avatar
Xp : 10
Messages : 5
Date d'inscription : 06/07/2016

Feuille de personnage
Nom du personnage: Lyana
Nom de mascarade: Elyne
Lyana
Les yeux fermés, le souffle pratiquement coupé après cette violente chute, mes membres en alerte pour signaler des douleurs désagréables. Puis soudainement, j'ouvrais les yeux en cherchant à respirer du mieux que je le pouvais, je manquais d'air ! J'étais suspendue à une branche d'arbre qui n'était pas loin de flancher sous mon poids, je m'appuyais lourdement avec mes bras et la branche cédait.
Je tombais à nouveau, fermant les yeux et tentais de me protéger en m'enroulant sur moi-même. Le choc fut moins violent que le précédent, mais tout de même douloureux.

- Ah... Pff... C'est... Aie!

Mon bras me lançait gravement, inquiète, je le regardais et pouvais découvrir qu'il était ouvert. J'avais certainement dû me faire cela lors de la dernière chute... Je pressais mon bras droit avec ma main gauche pour tenter de faire cesser les saignements et pendant ce temps, j'observais les alentours. J'avais fait une sacrée chute... A se demander comment j'avais fait pour m'en sortir avec seulement des blessures comme celles-là. Je soupirais donc et continuais mon observation.

- La forêt...

Alors que je chuchotais cela, un bruit me faisait paniquer, me pressant à partir me réfugier dans un buisson. Sérieusement... Jamais ils s’arrêtent!? Une fois entrée dans le buisson, je dégageais les feuilles avec mes mains, puis lorsque c'était vraiment dur, je lançais quelques courants d'air à peine plus puissant qu'une brise de vent. Je sortais enfin de l'énorme buisson et reprenais ma course. Il fallait que je m'éloigne des unités et très rapidement!

- Ah!

Dans ma course, j'avais heurté quelqu'un. C'était une jeune fille d'à peu près mon âge... Elle fuyait elle aussi, ce qui m'invitait à croire qu'elle aussi était une non-humaine. Son regard paniqué osé sur moi me le confirmait d'avantage. Et avant même que je m'approche d'elle, sa panique se changeait en haine fulgurante, m'obligeant à reculer d'un pas. A peine avais-je fait un pas en arrière, que ses mains sortaient de ses poches, armées. La jeune fille se relevait et fonçait droit sur moi.
Elle était folle.. C'est pas possible! Alors que nous fuyons les mêmes personnes, elle m'attaquait!? Sans même me poser plus de questions, je visais ses mains et lançais des coups de vent, ce qui avait eu pour effet d'envoyer valser l'une de ses armes. Pendant son moment d'hésitation, je m'empressais de reprendre ma course, même en étant blessée.

Cette journée.. Ou soirée était épuisante. Etre chassée de tous les côtés, être aidée pour voir mes sauveurs se faire attraper à ma place... C'était une soirée horrible. Comment avais-je pu en arriver là!? Je ne savais même pas où se trouvaient mes parents et je n'avais jamais vécu cela.. Pourquoi.. Pourquoi moi!? Pourquoi maintenant!? Laissez-moi.. Laissez-moi!
Les larmes qui ruisselaient sur mon visage pouvaient montrer à quel point j'étais une incapable... Jusqu'à maintenant, je n'avais jamais recherché à m'entraîner à l'usage de mes pouvoirs. Ma seule préoccupation était de suivre mes parents en comptant sur eux, je n'avais donc aucune raison de m'entraîner. Mais maintenant.. Voilà le résultat!

Je continuais de courir, fuyant cette ville plongée dans les ténèbres ainsi que toutes ces personnes qui me suivaient. Je devais m'enfuir à tout prix! Et lorsque cela sera fait.. Il faudra que je trouve quelqu'un.. Un élémentaire.. Oui, un élémentaire qui saura faire de moi quelqu'un de capable pour survivre seule dans ce monde noyé par la haine.
Même en pensant cela, il restait tout de même compliqué de courir sans faire de bruits et c'était bien inquiétant. Je ne voulais en aucun cas donner ma position ! Serrant les poings, je stoppais ma course près d'un arbre et décidais de la grimper.
Arrivée en haut de l'arbre, je me sentais revivre légèrement. Je poussais un long soupir et posais mon regard sur ce que je venais de parcourir. L'arbre étant suffisamment haut pour que je puisse avoir une vue d'ensemble, je restais cachée par les feuillages.

- Beaucoup tentent de fuir ou de se cacher.. Ah! C'est l'animagus de tout à l'heure! Il.. Il s'est fait attraper..! N-non...

Je fermais les yeux pour retenir mes larmes impuissantes... J'étais la cause de sa capture. Il n'avait pas réussi à s'en sortir, alors qu'il m'avait aidé, lui ainsi que l'autre élémentaire... Bon sang, quel boulet je suis!
Comme pour m'apaiser, je ressentais les pressions du vent contre ma peau.. Cela arrivait à m'apaiser un peu... Oui.. Je leur dois beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Xp : 300
Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2016
Balder
Comme prévus,je fus réprimander. D'après moi, Odin, n'attendait qu'une chose de pouvoir me renvoyer  de mon poste d’officier. Heureusement, en dehors de ce genre de petites sorties, j'étais reconnu comme un très bon élément. Peut être même pourrais-je monter encore en grade, si j'étais moins impulsif. Mais est-ce que je recherchais vraiment ceci? L'unity 66 me convenait bien, et je ne voulais pas avoir les responsabilités de Odin. Celui-ci me réveilla de ma torpeur, me demanda où se trouvait la seconde cible.

Et sans que je puisse répondre, il parti à sa recherche me sermonnant encore. Mais personne n'avait le cœur à rire, comme cela pouvait arriver parfois, dans mon dos. On avait perdu un homme! Je suivais notre chef du soir, sans y rechigner et sans mon habituel faciès souriant et chaleureux. Me postant à ses côtés, je fini par lui répondre.

-La seconde cible a fui, avant même que nous arrivions sur le terrain.Néanmoins d’après mon analyse et des données que j'ai pu collecté. Notre prochaine cible est faible! Elle doit être inexpérimentée et jeune. L’élémentaire que nous avons capturé, protégeait l'autre ordure. Et aucun doute que ce soit, lui aussi qui est tué l'un des nôtres. Quoique nous cherchions, elle est inexpérimentée! Regarde, elle a laissé des traces derrière elle. Regarde le sol plein d'indice...

Je lui montrais du bout des doigts, une brindille cassée, et une légère trace de pas. Au jugé, elle devait être fine et élancée, probablement une femme. De petite taille, et paniqué au vu de sa course, tel un animal affolé. Oui, j'étais reconnu aussi pour mes dons de traqueurs, même en pleine nuit, je parvenais à observer mieux que quiconque des indices, et poursuivre qui que se soit. Et autant dire que le monstre que l'on pourchassait, laissait des traces aussi visible qu'un phare dans la nuit.

Mais nos radios grésillèrent à nouveau, alors que les voix hurlaient dans nos oreilles.

-Fait chier, bordel! Il y en a de partout! Ils sortent comme de véritable fourmis dans tous les coins. Chef, nous sommes tomber sur un véritable nid.

Bon sang, mais pourquoi nos supérieurs nous avaient envoyé ici. Nous avions récupérer bon nombre de ces créatures déjà, mais il y en avait encore. Décidément notre guerre ne s'arrêterait jamais. Peut être qu'un jour, nous allons trouver un moyen de les contenir ou de les exterminer tous. Pour l'heure, je devais aussi continuer ma sale besogne. Mais de nouvelles paroles atteignirent mes oreilles:

- Sergent-Major! Une de ces créatures a été vue dans une des ruelles de la ville. Elle est rapide et elle nous échappe

Je tournais mon regard vers Odin, sans un mot. Nos troupes pouvaient se faire submerger à tout moment, et aucun officier n'était avec eux pour les diriger comme il se doit. J'aurais voulu me défouler sur tous ces monstres. Mais je m'étais déjà défoulé sur l’élémentaire précédent. Je ne pouvais pas faire une deuxième bévue ce soir. Et Odin le savait! J'attendais donc son ordre de rejoindre nos troupes dans la ville.

Un mot, et en quelques minutes je serais auprès de nos troupes et surtout d'une de nos prochaines prisonnière, je l'espérais!
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t258-balder-sergent-maj
avatar
Xp : 800
Messages : 17
Date d'inscription : 06/02/2013

Feuille de personnage
Nom du personnage: Odin
Nom de mascarade: -
Vétéran
Odin
Vétéran
Il y en a absolument de partout c'est à croire qu'il y avait une congrégation avant notre intervention. J'envoie des rapports directs à la base, leur expliquant succinctement notre situation, et surtout en précisant que la mission initiale se poursuit, ou plutôt s'étant. Je leur demande de se préparer à accueillir plus de prisonnier que prévu, car le coup de filet s'annonce important. J'entends d'ici le Général jubiler.... Qu'est-ce qu'il peut me gaver celui-là. C'est plus fort que moi, mais je sens et je sais qu'il est pourri jusqu'à l'os. Le genre de mec qui confond soldat et chair à canon, et qui se contre-fiche de massacrer inutilement ses gars tant qu'il peut obtenir ce qu'il veut rapidement. C'est bien simple, je passe mon temps à m'empointer avec lui. Je sais que je le rends dingue, et qu'il rêverai de pouvoir m'évincer à grands coups de pompe dans le cul. Mais sur le terrain, c'est moi qui commande.... Et lorsque ses ordres visent à sacrifier sans vergogne mes gars, je l'envoie chier et je fais à ma manière. Celle qui fait le moins de dégâts. Et comme au final j'obtiens tout autant de résultat, cet espèce de plouc ne parvient pas à me faire couler.

Je n'ose imaginer ce qu'il se passera le jour où il me faudra partir.... J'espère que mon successeur aura un peu d'humanité et de pitié pour ses gars. Car il n'y a bien que nous, nous qui risquons à chaque instant notre peau sur le terrain, nous qui vivons l'horreur à chaque instant, oui il n'y a que nous pour prendre un peu soin des uns et des autres. Nos ennemis sont sans pitié. Nos supérieur à peine concernés. Si nous ne restons pas humains et soudés entre nous, je ne donne pas cher de nos peaux. Les suicides déguisés en perte au cours des mission exploseraient, je le sais. Ce genre de pratique n'est pas étrangère dans nos rangs. Personne à l'exception d'un autre hunter ne sait quelle est le poids, la pression insoutenable sur nos épaules. Si on ne devait pas être dans une condition physique hors norme pour pouvoir faire face à nos ennemis, je suis sûr qu'on nous aurait déjà filer des drogues pour nous abrutir et nous faire tenir. L'armée sait très bien fermer les yeux sur des pratiques inavouables quand ça l'arrange. Boulot de merde....

Même lorsque mon esprit tergiverse, je continue de réfléchir en parallèle, et je prends ainsi une décision rapidement. Balder qui m'a suivit sans moufter un mot, comme quoi il est capable de se taire quand il le veut, m'a fait part d'une autre cible. Cela me fait chier de devoir le laisser tout seul, mais les gars on besoin de soutien eux-aussi. Balder est censé pouvoir se débrouiller seul. Je réprime un soupir et lui dit.

-Je te laisse t'occuper de cette cible, ne loupe pas ta deuxième chance....

Je reviens sur mes pas, lui laissant les opérations de ce côté là entre les mains. Tout en rebroussant chemin, je donne des instructions et des manœuvres à suivre à mes gars. Nous reformons le piège, et le temps qu'il rabatte la cible vers ma position initiale, j'aurais eu le temps de revenir et de m'être réinstaller en position de sniper. Qu'est-ce qu'ils avaient à tous sortir ce soir ? Au pas de course mais silencieusement, je dévale les ruelles, me dirigeant au carrefour où j'étais précédemment. Je dois me dépêcher de remonter sur mon toit et de me repositionner en sentinelle... Je grimpe rapidement, même si avec tout mon attirail je suis lourd. En haut, je monte mon armes via des mouvements rapide, avant de scruter les horizons via la lunette de zoom. Je n'ai plus qu'à attendre que le gibier vienne.... Mes hommes sont déjà entrain de le traquer et de le pousser dans mes filets. Ils n'ont pas encore clairement établi ce que c'était, juste que c'était rapide. Montre toi donc saloperie.... Je dois surveiller que Balder ne fasse rien de stupide, alors dépêche toi, je n'ai pas toute la nuit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t255-jack-o-neyl-nom-de
avatar
Xp : 10
Messages : 13
Date d'inscription : 11/07/2016

Feuille de personnage
Nom du personnage: Sam Carther
Nom de mascarade:
Sam Carther
Tout autour d'elle n'était que flou. Elle ne prenait pas le temps de ralentir, de regarder autour d'elle. Elle fonçait. Jusqu'à ce que cela finisse par lui devenir préjudiciable. ~ Stop ma fille ! Tu perds les pédales là ! Ralentis ! Calme toi ! Ce n'est pas en fonçant n'importe où que tu vas pouvoir te sortir de se pétrin là ! Arrête toi, respire un bon coup et fait marcher tes méninges. Tu ne sais pas où tu es ni comment tu es arrivée là. Mais y'a des Hunters, ça, t'en est certaine ! ~ Ca lui arrivait de temps en temps. Elle se parlait à elle même. Ce n'était pas de la schizophrénie, juste une façon d'être. Certainement la conséquence de ce qu'elle avait subi dans sa jeunesse. Quoiqu'il en soit, à part cela, elle était tout à fait stable … généralement. Et puis de toute façon, ce qu'elle se racontait était présentement parfaitement juste. Cela ne servait à rien de s'épuiser dans une fuite éperdue. C'était certainement la meilleure façon de tomber dans leur filet, en réalité.

~Surtout que tu les connais malheureusement assez bien. Tu sais comment ils fonctionnent. Ils t'ont peut être déjà repérer. Tu te dois d'être plus prudente. Réfléchis et ensuite agis. Ce sont des militaires et tu connais certaines de leur stratégie. Ils se disent humains, mais ils ont tout calqué sur les animaux … Tu es un animal. Tu peux les battre à leur propre jeu !~ En effet, ils allaient certainement tenter de la rabattre dans une direction donnée. Refermer le piège autour d'elle pour faire qu'elle n'ait plus qu'une seule sortie, qu'un seul chemin possible, celui qu'ils voulaient qu'elle emprunte pour tomber directement droit dans leur filet. Ils agissaient ni plus ni moins que comme la plupart des grands prédateurs qui vivaient et chassaient en meute. Les lions, les hyènes … Les loups. Elle était une louve. Elle aussi pouvait faire pareil. Bien évidemment, cela serait un peu plus compliqué du fait qu'elle était actuellement seule. Mais elle trouverait une solution. Elle DEVAIT trouver. Elle n'avait pas vraiment d'autre chose. Surtout, elle ne se laissait pas d'autres possibilités. Et si par malheur, elle retombait entre leurs pattes, elle se refusait de baisser les bras. Ils faisaient parti de ses cauchemars, mais ceux-ci étaient bien vivants, et elle pouvait les combattre.

Elle pouvait tenter de se transformer. Elle serait certes plus voyante d'une certaine façon, parce que l'on ne pouvait pas dire qu'un loup blanc soit chose courante en ville ou dans un milieu urbain. Mais d'un autre côté, elle serait beaucoup plus agile et rapide et surtout … Plus mortel en cas de nécessité. Sans compter que ses sens suivraient le pas eux aussi. Elle pourrait capter plus facilement le moindre mouvement grâce à sa vue et percevoir encore mieux si elle passait dans des endroits obscurs. Malheureusement, ses deux autres principaux sens, à savoir son ouïe et son odorat, la desserviraient plus qu'autre chose dans un tel lieu. Si encore elle avait pu gagner une zone un tant soi peu verte et naturel. Mais pour le moment, où que se porte son regard, elle était entourée de béton, de métal, de verre et de plastique. Rien qui ne puisse réellement la favoriser. Elle ne savait pas comment elle s'était retrouvée dans ce pétrin, exactement, mais si elle remettait la main sur ceux qui l'avaient détroussé, ils ne pourraient pas marcher de sitôt. Cela faisait peut être du bien de penser à ce qu'elle pourrait leur faire subir, seulement, ça ne l'aidait pas pour la situation actuelle.

Sam leva la tête, son regard balayant les toits. Il y en avait certainement là haut. Pourquoi n'y en aurait-il pas eu ? C'était une bonne position, les toits, pour avoir une vue d'ensemble de la situation et repérer plus facilement les cibles. Elle aussi devrait y grimper. Au moins pourrait-elle enfin déterminer où elle se trouvait et surtout, quelles étaient ses possibilités de sortir de ce pétrin. Et puis, comme ça, à son tour, elle pourrait cibler les Hunters. Pas qu'elle compte se mettre à leur trousse, non, mais savoir où ils se trouvaient ne pouvait que l'aider. Il y avait ça, ou descendre dans les égoûts. Mais il était trop facile de se perdre. Au vue de l'heure qu'il semblait être, il était tristement impossible de vouloir tenter de se dissimuler au milieu d'une foule. Et impossible de renter dans un bar. Si elle voulait atteindre les sommets, elle serait obligée de grimper par les façades. Au moins, les bâtiments ne paraissaient pas encore trop haut, elle n'aurait qu'à peine deux ou trois étages à monter. Le mieux serait évidemment de trouver un escalier de secours.

Elle se mit donc à arpenter les rues, et notamment celles qui étaient en cul de sac ou en retrait, pour tenter de trouver son bonheur. Elle ne traînait cependant pas, la menace des Chasseurs toujours douloureusement présente. Elle finit enfin par trouver son bonheur. Poussant une poubelle sous l'armature métallique pour pouvoir atteindre les premiers barreaux de l'échelle, elle se mit ensuite à grimper en quatrième vitesse. Son instinct lui disait qu'ils étaient très proche et que si elle ne se dépêchait pas, ils allaient la rattraper. La ville n'était vraiment pas faite pour elle. Une fois au sommet, elle prit une ou deux secondes pour reprendre son souffle avant de porter son regard à l'horizon. Ce qu'elle cherchait, c'était la fin de cette maudite ville entourée de grilles et de barbelées. Il devait bien y avoir une issue quelque part. Les animaux ne laissaient généralement rarement totalement intacts les grillages. Il y en avait toujours qui forçaient le passage et se créaient leur propre porte. Il fallait juste qu'elle trouve leurs chemins, leurs voies d'accès. Machinalement, elle partit vers la forêt qu'elle avait repéré, avançant de façon plutôt accroupie pour éviter de faire une cible évidente, passant de toit en toit le plus possible.


1 048 mots
Post 2
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t266-sam-carther#468
avatar
Xp : 300
Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2016
Balder
Je craignais qu'il n'accède pas à ma demande, de peur que je fasse une autre erreur, comme la précédente, selon lui. J'étais sûr, qu'il voulait me tenir à l’œil.Je pouvais presque le comprendre en un sens. Il agissait comme moi j'aurais agis avec n'importe lequel de mes soldats, principalement les jeunes étalons fougueux qu'on avait en recrue parfois. Comme lui, je n'étais pas reconnu pour être tendre.

Et pourtant, il me surpris d'une bien étrange façon? Il me refusa indirectement le fait de retourner en ville pour chasser de l'immortels, mais accéda à ma demande en m'autorisant à poursuivre la seconde cible du début. ME faisait-il confiance, alors qu'en forêt, sans aucune présence ni surveillance, mes hommes et moi pouvions très bien tuer ce monstre tapis dans les bois. Bien sûr, sans que cela n'apparaisse comme venant de nous. Mais qu'il se rassure, je ne tenterais rien. J'avais passé mes nerfs sur le premier, et même si ma colère était encore vive, je savais me maîtriser. Du moins, pour l'instant, je ne sais pas ce qu'il adviendrait devant la créature infâme.

Un signe de la tête à notre leadeur, et je  me mis en marche droit dans la forêt, accompagné de deux de mes hommes. Ce qui était amplement suffisant pour poursuivre la récalcitrante, sans aucune expérience. Un éléphant aurait été plus discret après son passage. Il suffisait d'user que de ma vision pour voir les traces de pas dans la terre humide par la nuit. Par les branches cassées des arbustes dû à la précipitation et la course effrayée du gibier. Alors quand un traqueur comme moi était sur ses traces, ce n'était plus qu'une question de temps pour que je la rattrape.

-Amusant, j'arrive même à reprendre certains dictons sur ces bêtes sans foi. Comment il s'appelle déjà? Les traque-machinchose.

Je me mis à rire légèrement, avant de reprendre mon sérieux.Une main levée,  j'ordonnais à mes hommes de passer en vision nocturne. Le prédateur fonderait sur sa proie...

Il ne fallut que quelques minutes, pour que notre trio de hunter se trouvent à l'endroit de l’élémentaire perché sur son arbre. En formation, mes hommes avancés, pour finalement s'arrêter non loin d'elle. La technologie contre la magie. Ma voix métallique et robotisée partie en écho dans la forêt.

-Cesses de te cacher. Tu ne fais que retarder l’inévitable! Vous êtes tous pareil. Vous n'êtes que des rats, qui ne méritent pas de vivre. Vous infestez notre monde, vous détruisez tout sur votre passage. Vous ne méritez pas la vie! Sort d'où tu es! Je te trouverais

J'avais prononcé mes mots avec un ton des plus glaciale. Je n'avais pas besoin de trop forcer, puisque c'est exactement ce que je ressentais. L’éteau se resserrait autour de ma proie. Le calme avant la tempête.JE ne bougeais plus, concentré sur la scène.

-Tu es à moi

En action, avec mes paroles, je me tournais vers ma victime et je tirais avec précision sur la branche où se tenait la créature. Ma puissance de feu brisa nette la branche et je vis une forme tomber au sol. Sans attendre, je me précipitais sur elle et avec une poigne titanesque, je refermais mes mains autour de ses cheveix et de l'autre main sur son poignet. JE la soulevais, comme si elle ne pesait rien devant moi. Devant mon visage ou plutôt devant mon masque de Hunter. Une image effroyable pour les siens et probablement pour elle.

-Je t'ai eu....
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t258-balder-sergent-maj
avatar
Xp : 800
Messages : 17
Date d'inscription : 06/02/2013

Feuille de personnage
Nom du personnage: Odin
Nom de mascarade: -
Vétéran
Odin
Vétéran
Je suis en position, fébrile et calme à la fois. Je ne peux pas me permettre de trembler ou d'être distrait, car je risquerai de louper ma cible, et cela ne m'est pas permis. J'attends, et ce temps d'attente me paraît ô combien long. Pas de nouvelle de Balder, je n'ai pas d'autre choix que de prier pour que tout se passe bien. Mais alors que je suis concentré, j'entends.... J'entends qu'on monte vers moi ! Ce n'est pas un de mes hommes, il m'aurait prévenu de son arrivé, et ce n'est certainement pas un résident à cette heure-ci. Bon sang, ma cible va être beaucoup plus proche que prévue ! Ni une ni deux, je fais volte-face, me saisissant d'une arme de poing, prêt à tirer. C'était ce que j'allais faire, sans le moindre préavis ou avertissement. Presque dans un réflexe. J'allais lui exploser un genoux pour le mettre à terre et le maîtriser plus facilement. Mais je ne tire pas.... Et je me pétrifie sur place, car je reconnais cette cible, je l'ai vu naître, je l'ai vu grandir, je l'ai vu s'enfuir..... Je l'avais laissé s'enfuir....

Toi....

Bien qu'elle était un monstre, bien qu'en elle sommeillait littéralement un loup.... Elle n'était qu'une gosse à l'époque. Un monstre mais gosse. Et même si je ne peux pas voir ces aberrations en peinture.... Je ne pouvais pas me résigner à voir une gamine servir de rat de laboratoire à des scientifiques tordus. Elle était peut-être une lycanne. Mais elle avait ces yeux.... Ceux d'une fillette apeurée qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait, qui ne comprenait pas pourquoi tant de souffrance et de froideur. Une enfant qui n'avait pas le moindre crime à son actif, mais qui payait les fautes de ses comparses. Si je n'en avais rien montré, je n'avais pas pu me résigner. C'était trop.... Trop pour moi. Peut-être parce qu'elle me rappelait mon fils. Je me revois encore ce soir là, l'avoir en joue alors qu'elle était au seuil de la liberté. Il ne m'aurait fallu qu'une balle pour la renvoyer définitivement dans sa cellule. Mais au lieu de ça, j'avais baissé mon arme. Je revois encore son visage effrayé et hésitant, elle n'arrivait pas à croire que je l'épargnais, et que je la laissais s'enfuir sciemment. Et pourtant c'était là le "crime" que j'avais commis. Seuls elle et moi savions cela. Mais après toute ces années, me reconnaitrait-elle ? Et même si elle me reconnaissait, est-ce que cela changerait quelque chose ?

Malgré toutes ces années, elle avait gardé ces même grands yeux..... Bons sang pourquoi avait-il fallu que ce soit elle ? N'avait-elle pas pu rester cachée, terrée dans un coin, loin de mon canon ?! J'hésite.... Putain j'hésite ! C'est pas bon, si elle m'attaque je suis dans la merde, et je ne sais pas pourquoi je n'arrive pas à me décider ! Peut-être faut-il qu'elle attaque après tout, pour me convaincre d'agir, pour me forcer à tirer. Il faut que quelque chose se passe, je ne supporte pas cette tension ! Et finalement j'obtiens de ce que je veux. Ma radio s'emballe et mes hommes me hurlent qu'une charge lycanne arrive droit sur nous. Dans moins de quelques minutes nous allons être envahis de bestioles enragés prêtes à nous déchiqueter. Cette malchance est aussi une chance pour moi, car elle m'oblige à ordonner un repli stratégique et immédiat. Je ne suis pas obligé de choisir, je dois quitter les lieux rapidement, et c'est de que je fais. Je prends grossièrement mon sniper sur le dos, et usant d'une dernière corde je descends rapidement en rappelle le toit, tout en ordonnant à tous les hommes de se replier, et aux hélicos de venir nous cherche tout de suite. Soudain je percute, et je m'empresse de demander.

Balder ici Odin ! Ordre de repli immédiat, je répète, ordre de repli immédiat ! On abandonne les missions en cours, cassez-vous de là !

Peut-être depuis la première fois de ma vie, j'espère entre la voix de Balder.... Je suis vraiment très inquiet. Si les lycans chargent, ils doivent venir de la forêt, là où se trouve l'équipe de Balder et lui-même.... Pourvu qu'ils s'en sortent. Et pourvu qu'elle en profite pour s'enfuir elle aussi. Puisse t-elle ne plus jamais recroiser ma route....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t255-jack-o-neyl-nom-de
avatar
Xp : 10
Messages : 13
Date d'inscription : 11/07/2016

Feuille de personnage
Nom du personnage: Sam Carther
Nom de mascarade:
Sam Carther
Elle aurait dû être plus prudente. Au lieu de se contrôler sur des possibles Chasseurs au sol, dans les rues, elle aurait dû regarder devant elle. Elle le savait pourtant qu'elle pouvait rencontrer de ses êtres là sur les toits. Et voilà qu'elle se retrouvait à présent comme deux ronds de flanc en face d'un des leurs. Elle avait fini sa course en dérapage plus ou moins contrôlé, l'ayant remarqué au dernier moment. Elle voyait déjà le corps du gars se retournait, arme à la man, certainement prêt à lui tirer dessus sans le moindre remord dès qu'il l'aurait dans sa ligne de mire. Les secondes semblèrent s'étirer comme des heures. Il était trop tard pour qu'elle réagisse. Même si elle se jetait en avant ou sur le côté, elle savait qu'elle ne pourrait éviter ce qu'il lui tirerait, que ce soit une flèche contenant du produit ou bien une balle. C'était comme si elle prévoyait tout ce qui allait arriver mais qu'elle ne pouvait rien faire pour l'empêcher.

Mais le temps défilait et rien ne se passait. Le Chasseur s'était figé et la regardait tandis qu'il lâchait un seul mot. « Toi..... » Ce n'était pas grand chose, juste une syllabe. Mais une syllabe qui donna l'impression à Sam que le monde autour d'elle basculait. Lui … Non, ça ne pouvait pas être possible … Et pourtant. Les preuves étaient là. La réaction qu'il avait eu, qu'il continuait à avoir. C'était une confirmation on ne peut plus clair. C'était cet homme qui lui avait permis de connaître la liberté. Il lui avait sauvé la vie. Pourquoi ? Elle ne saurait le dire. Ca avait toujours été un mystère pour elle et au cœur de ses interrogations pendant bien des nuits. Il était l'un d'eux pourtant, un de ses hommes en armure mais en même temps, d'une certaine façon, il était celui qui lui avait donné la vie. Pas celle physique, charnelle, mais celle de l'esprit et du corps. Il lui avait laissé connaître et découvrir le monde. Ses sentiments et ses pensées à son égard avaient toujours été ambiguës, ne sachant jamais quel point de vue adopter vis-à-vis de ce qu'il avait fait dans le passé.

Mais est-ce que cela comptait encore aujourd'hui ? N'allait-il finalement pas revenir sur sa décision et sur la promesse implicite qu'il lui avait faite il y a des années ? Enfin … Il n'avait peut être rien fait, mais c'était ainsi qu'elle l'avait interprété étant gamine. D'une certaine façon, il s'était imposé comme une figure paternelle à ses yeux, même si cela n'avait été que pour quelques brefs instants. Tout se bousculait dans sa tête au point qu'en fait, elle était incapable de réfléchir et d'avoir une pensée cohérente. Et pourtant, ce n'était pas le moment de rêvasser. Le danger était toujours là, tout autour d'eux. Il fallait qu'elle se reprenne, qu'elle réagisse, qu'elle bouge. Mais rien n'y faisait, elle restait là, figée, à le regarder dans les yeux ou plutôt, dans le masque. Tous les deux sont tendus comme des élastiques prêts à craquer. Elle peut le voir dans la position des muscles et surtout, le sentir dans l'air. Elle était sous orme humaine, mais il n'y avait pas besoin d'avoir de sens surdéveloppés à l'instant pour le comprendre. Aucun des deux ne sait que faire. Ils sont ennemis. En tout cas, ils devraient l'être.

Le grésillement de la radio du Chasseur rompit le silence qui s'était installé et fit sursauter la lycane, crevant soudainement l'abcès de la tension. C'est le moment de faire quelque chose et elle ne se fait pas prier. Elle prend ni plus ni moins que ses jambe à son cou et repart dans une course folle. Elle entends cependant ce qu'hurlent les hommes en armures. Une charge lycane. C'était peut être sa chance. Si elle arrivait à les rejoindre, elle serait peut être sauve. Il fallait qu'elle gagne la forêt. Et qu'elle profite au moins de cette diversion pour passer entre les mailles du filet et fuir. Les autres prônaient le replis, c'était donc sa chance. Cependant, tandis qu'elle courait, elle ne put s'empêcher de jeter un regard prolongé en arrière pour savoir ce que lui, il faisait. Allait-il se ressaisir et lui tirer dans le dos ? Auraient-ils pu être bien plus qu'un homme sauvant une petite fille s'il n'avait pas été Chasseur et elle, Non-Humaine ?

Elle sauta sur le toit suivant, se réceptionnant un peu difficilement. Personne autour d'elle. Elle décida donc de se transformer. Ce ne serait pas aisé, mais ainsi, elle pourrait repérer plus facilement ses frères et sœurs. Ainsi donc, ce fut une louve blanche qui reprit la course après plusieurs minutes de changement.


Post 3
853 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t266-sam-carther#468
avatar
Xp : 300
Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2016
Balder
Je tenais enfin ma cible. Je profitais de cet instant. Il était si jouissif que le piège se soit refermé sur ma proie. Il était rare d'ailleurs, que j'en tienne un comme ceci. Que je pouvais contempler un de ses monstres d'aussi proche, sans être sous les feux nourris de leurs pouvoirs. Ils nous ressemblaient tellement et pourtant, ils étaient le mal personnifié. Pourquoi? Je me demandais pourquoi, on ne pouvait pas les exterminer tout simplement. Pourquoi le gouvernement avait besoin de ces moins que rien. Pourquoi ne pas les annihiler comme ils avaient fait avec ma ville à cette sombre époque.

Je resserrais ma prise encore un peu plus sur elle. SI faible et pourtant si dangereuse.D'un simple mouvement je pouvais la briser. Plus de blagues, plus d'humour face à cette engeance. Malheureusement, Odin me tenait, il avait menacé mon unité et je ne pouvais rien faire contre ça. Je rageais à l'intérieur, mon envie de la torturer et de la tuer était si grande. Prendre l'apparence d'une jeune fille innocente pour me tromper. Ceci ne marchait pas avec moi. Je devais la ramener simplement, sans une écorchure, mais rien m'empêchais de la terroriser. Lui faire ressentir cette sourde peur, que j'avais ressenti petit.

Malheureusement c'est toujours dans ces moments que le destin s'en mêle. L'air s'était étrangement rafraîchi, comme énonçant une catastrophe à venir. Le silence de la forêt était bien trop pesant. C'est ce qui m'interloque, en premier. Pas un bruit, rien.Quelque chose cloche, comme le calme avant la tempête. Je regarde de chaque côtés, mes deux hommes sont en position, mais regarde la scène sans prêter attention à ces faits étrange. Puis un hurlement déchire la nuit...

-Non...Ce n'est pas.. EN POSITION!

Mes poils sur mon corps se hérisse. J'espère que c'est pas ce que je crois. Les deux hunters se tiennent en garde, arme à la main, comme les pros qu'ils sont. Mais sont-ils préparés à ce qui peut arriver? Un nouveau hurlement se fait entendre plus proche. La jeune fille à mes côtés n'osera pas bouger je le sais. Un moindre mouvement et je l'endors de mon arme ou de mon poing mécanique au choix.

Et finalement, tout s'enchaîne, j'entends des courses effrénée tout autour de nous, puis une ombre et une seconde. Elles emportent mes hommes dans les buissons, et plus loin encore dans la forêt. Leur cri résonne longtemps à mes oreilles, jusqu’à expirer dans la nuit. JE rage une nouvelle fois et tire sur les silhouettes qui s'approche de moi. Je parviens, même à en endormir deux. Dommage que je ne puisse pas les embarquer, mais le flux de ces créatures ne cessent d'augmenter, je suis déjà submergé. Aussitôt, j'utilisais un mécanisme technologique, tel un grappin pour me propulser dans un arbre. Et je pouvais enfin voir une vue d'ensemble. Une véritable marée de lycans déferle sur le lieu, droit sur la ville. Que se passe t-il? Nous ne pouvons rien faire contre ça. Et déjà mon comlik, s'active la voix Odin crépite et sonne le repli.

J'avais presque envie de lui répondre un gros "non tu crois" quand il parle de la charge de l'ennemi. On était pas aveugle, on pouvait le voir par nos propre yeux. Mais la rage d'avoir perdu ma proie et surtout mes deux hommes me submerge à nouveau à tel point que je frappe dans le tronc d'arbre dans lequel j'étais perché, créant un bon trou dans celui-ci. A présent, fallait que je réponde, le cœur lourd.

-Ici Balder. Je m'en suis sorti, mais....

Je ne continue pas ma phrase, je n'ai pas besoin. Ils comprendront et surtout s'inquiéteront surement. Chaque perte est difficile pour nous, et la tristesse va tous nous gagner ce soir. Trop de perte pour pas grand chose. Si je m'en sors, ce serait une petite lueur d'espoir pour nous tous. Simplement car la vie de chacun d'entre nous est importante. Bref, il faut encore que je m'en sorte aussi.

- Odin... je suis désolé! Je vous rejoins, mais prenez pas de risques pour moi, je trouverais un moyen de vous rejoindre.

Probablement que mes excuses surprendront plusieurs hommes, mais ils comprendront tous. Je me sentais coupable de ces deux pertes...Mais à présent, je devais sortir d'ici pour continuer la lutte. Continuer cette guerre qui ne finirait jamais....
Revenir en haut Aller en bas
http://requiemforthepeace.lebonforum.com/t258-balder-sergent-maj
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
• Une fuite en pleine nuit •
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Débarque en pleine nuit [PV Ninon et JB]
» En pleine nuit
» Une caniche de 3 ans + 5 chiots abandonnés en pleine nuit 55
» un pleine nuit...
» En pleine nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for the peace :: Les coins à rp :: Zone de familiarisation-
Sauter vers: